Voices Choeur International, créé et dirigé par Bonnie Woolley, est un choeur mixte spécialisé en Spirituals de Concert et en oeuvres a cappella anglo-saxons


Répertoire Henryk Mikołaj Górecki

Published on juin 24th, 2011 | by Voices

0

Henryk Gorecki et « Broad Waters »

Henryk Mikolaj Gorecki (1933 – 2010)

Texte de Norman Stokle / traduction de l’anglais par Martine Desroches

Henryk Mikołaj GóreckiBien qu’Henryk Gorecki compose de la musique depuis le milieu des années 50 et qu’il soit considéré comme un compositeur d’importance dans sa Pologne natale, ce n’est seulement qu’en 1992 qu’il acquiert une stature internationale avec l’enregistrement de sa Troisième Symphonie (Symphonie de Chansons Tristes) par le London Sinfonietta, avec une soprano encore inconnue, Dawn Upshaw. Le disque, sorti 14 ans après la création de cette œuvre, connaît un succès immédiat et se vent à plus d’un million d’exemplaires, devenant ainsi la meilleure vente 1993 de Deutsche Grammophon. Depuis cet événement discographique, les orchestres, les chorales et les maisons de disques se bousculent pour jouer les pièces de Gorecki devant un public toujours plus nombreux.

Comme lui-même se plaît à le répéter, Gorecki est né en Silésie qui est au carrefour de trois cultures: polonaise, tchèque et allemande. « Au commencement de ma formation musicale, alors que je n’avais absolument aucune idée de ce qu’était la musique, les noms de Beethoven, Chopin et Szylanowski m’étaient familiers. » Ils faisaient partie de sa vie quotidienne au même titre que les chansons folkloriques fredonnées par les villageois. Il n’est donc pas étonnant que sa musique soit très influencée par ces trois prestigieux compositeurs comme on le constatera en écoutant Lerchenmusik (1984) ou Little Requiem for a Polka (1993). Cependant, les rythmes soutenus, les timbres marqués et les ostinati implacables nous rappellent également les danses des régions montagneuses de Tatras et Podlachie, les mélodies mélancoliques de Silésie ou la vivacité de la polka tchèque.

Gorecki étudie la composition d’abord à Katowice avec Boleslaw Szabelski (1955-60), puis à Paris avec Olivier Messiaen au début des années 60 et enfin à Berlin en 1973 avant qu’il ne tombe gravement malade. Ses premières pièces dévoilent l’influence de la musique sérielle, dans le style de Webern et Boulez. Ayant assimilé rapidement les techniques de ses prédécesseurs, Gorecki forge son propre style qui se révèle dans sa Première Symphonie-1959 (Opus 14) où l’orchestration est colorée, les motifs courts récurrents et le final grandiose.

La période la plus radicale de l’évolution de son expression musicale se situe à la fin des années 50, début des années 60. Il créé, avec Penderecki et Serocki, un groupe avant-gardiste qui cherche à dépouiller la musique de tous ses éléments sauf la couleur harmonique. Leur devise est : « Plus les sons sont durs et dissonants, meilleure est la musique » Cette quête pour une « pureté du son » se retrouve dans Genesis qui est remplie de motifs musicaux verticaux et horizontaux qui s’entrechoquent.

Dans les années 70, Gorecki décide d’explorer de nouveaux horizons qu’il trouve dans les chants liturgiques polonais et le folklore de ce pays. Son attention se porte désormais plus particulièrement sur la musique vocale avec une insistance sur la simplicité mélodique et harmonique. La dissonance et l’agressivité cèdent la place à un timbre velouté, parfois même à un minimalisme naïf, cherchant à marier le contenu émotionnel et spirituel des mots avec leur expression musicale.

Cette tendance est bien évidente dans ses Seconde et Troisième Symphonies (1972 et 1976) et également dans Broad Waters (1979). Certains critiques décrivent sa musique de cette période comme étant un « inducteur de sommeil » ; d’autres considèrent qu’elle procure un sentiment d’élévation spirituelle.

Depuis les années 80, Gorecki obtient une synthèse riche en ressources de composition qui intègre dissonance, rythmes très contrastés, densités orchestrales variées, simplicité touchant presque à l’ascétisme . Sa musique est accessible au grand public comme le prouve le succès phénoménal de sa Troisième Symphonie. « Je pense que ce type de musique correspond aux besoin des gens et son importance est liée à la façon dont ils la reçoivent », dit Gorecki.

Dédié à « mes amis de Cracovie », Broad Waters (Szeroka Woda, Opus 39) est un recueil de 5 chansons folkloriques pour chœur mixte a capella. Elles reflètent sa parfaite connaissance de la culture folklorique polonaise, toujours très présente dans son langage musical. Utilisant des tonalités traditionnelles d’une extrême simplicité, les textes expriment également la simplicité des émotions. Ecrites à la même époque que sa Troisième Symphonie, Broad Waters déborde de la même mélancolie, avec ses motifs récurrents et plaintifs et son approche minimaliste que l’auditeur peut ressentir comme naïfs ou comme une expression quintessenciel de beauté spirituelle.

Tags: , ,


Comments are closed.

Back to Top ↑